ECOLE DU CINEMA ET DE LA VIDEO

Accueil Genres Écriture Image Son Tournage Montage Production
 

LE SON

6.1  Nature de la bande sonore

La bande sonore comprend trois parties différentes et non homogènes:

-       la voix, notion qui recouvre d'une part la voix elle-même, son timbre, son rythme et d'autre part le texte, le langage. Toutefois la voix d'un point de vue acoustique doit être traitée comme une musique; elle prend alors tout naturellement sa place au montage.

-       les bruits plus ou moins identifiables et aux références plus ou moins codées

-       la musique dont nous verrons ci-dessous différentes catégories.

 

 


6.2  Typologie de la musique et des sons

La musique utilisée dans les films appartient  trois grande catégories:

                   -musique de dramatisation: elle désigne l'action. C'est la musique de suspense, la musique de comédie, la musique qui marque le tempo de l'action (c. f. ci-dessous le mickeymousing des dessins animés)

                   -musique d'atmosphère aux thèmes variés, c'est souvent  cette catégorie que l'on se réfère lorsque l'on parle de la musique du film "xy"

                   -musique définissant un personnage,  la manière du leitmotiv wagnérien. Ainsi dans "Les parapluies de Cherbourg" de Jacques Demy, musique de Michel Legrand, chaque personnage a son propre thème musical.

On retrouve pour l'ensemble des sons une typologie comparable:

                   -sons de dramatisation (bruits de pas approchants par exemple)

                   -sons d'ambiance: moteurs et brouhaha pour la ville, bruits de vagues et de vent pour la mer,

                   -sons emblématiques: un klaxon nous renvoie à la ville, des cris d'enfants à une cour de récréation. Dans "Un condamné à mort s'est échappé" de Robert Bresson, le héros emmené en prison en voiture; le véhicule croise un tramway qui carillonne. Ce carillon sera ensuite utilisé comme emblème du monde extérieur, pour le héros est incarcéré.

6.3  La musique

Qu'est-ce que la musique de film?

La musique de film ne constitue pas un genre musical autonome. On utilise d'ailleurs au cinéma aussi bien des musiques préexistantes que des compositions spécialement créées.

Ces dernières utilisent des procédés déjà connus:     

                   -le leitmotiv

                   -le mickeymousing ou prescoring, qui consiste à ponctuer chaque action par des actions musicales synchrones, comme un "bruitage musical". Ce procédé systématisé par les compositeurs pour dessins animés, remonte à l'opéra et au ballet (dans "La flûte enchantée" de Mozart, Acte 1 Scène 8, les enjambées du prince Tamino sont accompagnées de pizzicati).

Le soutien émotionnel

La musique doit-elle s'effacer ou être autonome? La musique doit généralement être entendue et non écoutée, car c'est le propre de la musique de susciter indiciblement des impressions, des sensations. Cependant, à tout moment la musique peut revenir en avant, se constituer comme autonome. Elle joue d'ailleurs ce rôle dans certaines comédies musicale.

Toutefois la musique n'opère sur les sensations qu'en synergie avec l'image. La musique renforce les émotions qui se dégagent du récit, mais ne parvient pas dans un film, à elle seule, à soulever l'émotion. Elle ne fait que la soutenir.

 
PAGE PRÉCÉDENTE PAGE SUIVANTE
©2003 ECV France• AccueilGenresÉcritureImageSonMontageProduction